Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 11:35

Nous quittons à regret le Népal pour atteindre la frontière de l'Inde. C'est à l'aide de deux rickshaw surchargés de nos bagages que nous nous présentons aux autorités indiennes. La suspicion des douaniers ne nous épargne pas. Notre fils khéo, né au Cambodge semble à l'origine de cette suspicion. Il faut dire qu'il y a un important trafic humain entre le Népal et l'inde, trafic destiné à alimenter les réseaux de prostitution Indiens. Nous finissons toutefois par nous acquitter de nos formalités et prenons la destination de Varanasi l'une des plus anciennes ville du monde ! Nous sommes tout de suite dans l'ambiance : une circulation saturée, des bruits de klaxon en continu, une chaleur terrible...

DSCN1365

Nous suivons les conseil de notre guide pour trouver un hôtel au bord du Gange.Nous nous enfonçons dans des ruelles aussi tortueuses qu'obscures. Il nous faut prendre garde aux nombreuses bouses de vaches et fuir les nuées de mouches qui ne nous quittent plus... Les vaches étant sacrées, celle-ci envahissent libéralement la ville! Détritus et mauvaises odeurs seront nos premières impressions de cette ville antique.

DSCN8504 DSCN8505

Le moral est au plus bas lorsque nous réalisons que nous allons devoir endurer de telles conditions pendant un mois. Puis au lendemain la sensation est toute autre, les bouses de vaches ont été ramassées au petit matin et Varanasi nous livre toute sa splendeur culturelle. Varanasi a toujours été le plus grand lieu sacré de l'hindouisme, comme le Vatican pour les catholiques. C'est ici que nous découvrons la vraie philosophie de vie Indienne qui mêle les petites réalités de ce monde au sentiment d'éternité. Chaque année 3 ou 4 millions de pèlerins viennent effectuer leurs ablutions rituelles dans le Gange.

DSCN8562 DSCN8493

Ici plus qu'ailleurs la mort est présente, elle fait partie de la vie. Les hindous viennent à Varanasi mourir en masse, car rendre son dernier soupir dans cette ville, c'est en finir avec le cycle infernal des réincarnations. Nous assistons à de nombreux rituels religieux, les crémations s'exécutent en continu. Le bois s'achète près des ghâts. Le bois de Santal permet une combustion plus complète du corps qui dure environ 3heures. Pour des raisons de coût certaines familles optent pour une qualité inférieure mais le corps dans ce cas, ne se consume pas entièrement. Les restes sont jetés dans le Gange où corbeaux et vautour finissent le travail...

                                                DSCN8497

Dans un autre registre, nous entrons dans un magasin de musique et réservons notre soirée pour venir écouter un concert de tablas et sarod. C'est avec un réel plaisir que nous assistons à un concert en privé puisque nous sommes les seuls spectateurs. Nous restons impressionnés par la prestation des ces artistes qui vont prochainement se produire à Paris. Cette musique traditionnelle réclame de leur part une grande concentration ainsi qu'une grande dextérité puisqu'elle est basée sur de longs moments d'improvisation.

                                    DSCN8556 

Se faire «rouler» fait parti du jeu dit notre guide, alors nous sommes sur nos gardes...ce qui n’empêchera rien...On appel ça la persuasion Indienne, ce sont des experts. Impossible de se rendre à un endroit choisi d'avance, votre chauffeur est suffisamment habile pour vous faire changer d'avis en cours de route, il vous amènera où lui, a décidé. Ça fait donc parti du jeu …

 

Notre deuxième étape sera la ville d'Agra, célèbre pour la présence du Taj Mahal. Notre hôtel (enfin celui que nous a déniché notre chauffeur) possède une terrasse avec une vue imprenable sur ce magnifique monument. Le Taj Mahal est le monument le plus visité d'Inde, il faut donc venir tôt le matin pour éviter les 15000 personnes qui s'y pressent chaque jour en pleine saison (et nous sommes en pleine saison...).Dressé au fond d'un long jardin, le mausolée de marbre blanc impressionne par sa beauté et la fluidité de ses formes. Construit de 1631 à 1648 Le Taj Mahal serait dédié à l'amour perdu de l'empereur Shah Jahan. Sa troisième épouse Mumtaz Mahal, d'une beauté légendaire serait morte en donnant naissance à leur 14ème enfant. Inconsolable l'empereur n'hésita pas a tuer la fiancée de l'architecte qu'il avait missionné pour construire le Taj Mahal. Ainsi ce dernier, se trouvant dans la même détresse affective que l'empereur fut capable de réaliser ce chef d’œuvre architectural.

DSCN8898 DSCN8914                                                            DSCN9132 

Notre route se poursuit par la ville de Jaipur qui nous avait été décrite comme ville dénudée d'intérêt par d'autres voyageurs. Une fois encore nous sommes surpris de constater qu'a nos yeux Jaipur vaut vraiment le détour, comme quoi chacun possède sa propre sensibilité. Capitale du Rajasthan, Jaipur possède de nombreux édifices construits en grès rose, d'autres ont été peint du même colori pour la visite du prince de Galles en 1875. L'ensemble est du plus bel effet notamment au petit matin ou le soir lorsque le soleil nimbe la pierre de reflets ocres et dorés.

DSCN8687 DSCN9187

Nous visitons Jantar Mantar construit au 18ème siècle par une vingtaine d'astronomes. Les instruments de cet observatoire unique en son genre ont été inscrit au patrimoine de l'Unesco en 2010. Ce site démontre la foie absolue des indiens dans l'astrologie . C'est elle qui aujourd'hui encore, régit la vie religieuse et guide les indiens dans les grandes décisions de leur vie.

Durant notre visite un drôle d'engin nous suit et son chauffeur, sous des airs désintéressés, finit par nous embarquer. A notre passage les regards se détournent faisant suite à de larges sourires. Nous sommes installés à l'arrière d'un vélo motorisé bricolé par son inventeur. Image burlesque pour les indiens de voir une famille d'étranger traverser la ville sur ce prototype très «local». Amusement réciproque donc.

 

Notre destination suivante est Leh dans le Ladakh à l’extrême nord de l'Inde. Il nous faudra une semaine de transport pour atteindre Leh. Nous commençons donc par remonter en train jusqu'à New Delhi. Nous décidons de ne pas visiter New Delhi que nos réservons pour la fin de notre séjour. Nous poursuivons en bus cette fois jusqu'à Chandigarh où nous resterons une journée pour récupérer des longues heures de transport. Puis nous repartons de nuit pour Manali dans L' Himachal Pradesh. Le paysage change, les routes sont sinueuses et le trafic routier fait penser au «Salaire de la Peur». Les camions vétustes montent lentement des pentes abruptes puis s’arrêtent pour laisser refroidir le moteur. Nous arrivons au petit matin à Manali où une nuée de Tuc Tuc nous attend pour nous proposer «la guesthouse idéale». Notre entêtement paye et nous accédons finalement à l'hôtel que nous avions choisi, un peu en retrait mais avec vue sur la verdure environnante. Manali est une petite ville très touristique mais tout à fait charmante . Fini le vacarme de la circulation, ici c'est ambiance calme et montagnarde. Pour nous rendre à Leh nous réservons des places dans un mini van. Nous savons que les deux jours qui nous séparent de Leh vont être éprouvant car se sont deux journées de piste en haute altitude. Le chauffeur, ne nous ménage pas et c'est en grande vitesse qu'il entend franchir les six cols qui nous séparent de Leh. La piste est défoncée et nous franchissons deux cols à plus de 5000m d'altitude (plus haut que le Mont Blanc !). Nous passons une nuit sous tente à 4200m et le mal d'altitude ne se fait pas attendre. Les paysages désertiques que nous traversons sont tout simplement sublimes. Durant ces 495 Km nous savourons nos derniers moments de découvertes...

 

DSCN0141 DSCN0064 DSCN0003 DSCN9832

C'est véritablement « lessivés » que nous arrivons à Leh. Fort heureusement notre guesthouse nous offre deux baies vitrées avec vue sur la montagne. Nous louons deux scooters et partons sous une chaleur écrasante visiter les monastères de la région. L'ambiance est spirituelle et les monastères de véritables petites « perles ». Perchés sur des collines rocheuses certains datent du 15 ème siècle. Tous sont encore en activité et soigneusement entretenus par les bonzes qui y résident. Le Ladakh situé près du Tibet en est le reflet, tant au niveau de la population que de son mode de vie. Ces visages usés par le temps et le climat resteront dans nos mémoires tout autant que ces boutiques d'artisanat si typiques. Tous ces réfugiés Tibétains ayant fuit l'envahisseur Chinois donnent une véritable âme à Leh. Si la ville fourmille de touristes il suffit de faire quelques kilomètres pour se retrouver seul au milieu de nulle part et de retrouver un sentiment que seul le voyage peut procurer. Sentiment d'isolement, de dépaysement, de liberté, bref d'aventure et de bonheur profond.

DSCN0161 DSCN0539

Ayant désespérément recherché une « Royal Enfield » à louer pour revenir à Manali sur cette piste sublime, je me résigne à rebrousser chemin en mini van. Nous optons cette fois pour un retour rapide et nous regagnons Manali en une journée. Notre chauffeur aura conduit 12 heures d'affilée sur des pistes défoncées au bord des précipices... Merci notre bonne étoile !

DSCN0554 DSCN0415DSCN0385 DSCN0649

Nous découvrons cette fois New Delhi capitale de l'Inde. Pour plus de calme nous résidons au nord de la ville, dans le quartier Tibétain. La ville possède un quartier moderne et commerçant et bon nombre d'autres quartiers plus typiques et tourbillonnants. Le trafic est parfois totalement congestionné et une belle anarchie règne dans la circulation. Plus que deux jours et notre voyage se termine...nous n'avons plus vraiment envie de visiter les monuments touristiques mais nous préférons parcourir les différents quartiers de cette capitale afin d'en ressentir une fois encore les atmosphères et les odeurs de cette « incroyable India ».

DSCN1357 DSCN1403                                                            DSCN1480

Voila ,cette fois c'est terminé, deux ans de voyage en famille à travers le monde. Deux ans de bonheur, de rencontres, de découvertes, de difficultés à surmonter, de choix à faire. Une vie menée au jour le jour avec tous les imprévus du voyage en long court. Énormément de rêves réalisés durant ce voyage et aussi le plaisir de partager en famille des moments uniques.

Nous espérons que vous aurez eu du plaisir à voyager à nos cotés et que pourquoi pas vous vous lancerez dans l'aventure !

DSCN0146

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Inde
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 16:01

DSCN6590

18 juin 2013, nous sommes à Kathmandu au Népal ! Destination si lointaine et mystérieuse dans notre imaginaire que nous avons un peu l'impression d'être dans un rêve éveillé...

A 1350 m d'altitude, Kathmandu (990 000 habitants) se situe au cœur d'une vaste vallée adossée aux contreforts de l'Himalaya. Elle fut fondée au Xème siècle et devint mondialement célèbre dans les années 1960 avec les voyageurs hippies, mais ça vous le savez déjà...

Dans le petit taxi qui nous conduit à notre hôtel, les premières images de la capitale nous apparaissent: pollution, circulation anarchique, klaxons à tout rompre...

Nous nous installons pour plusieurs jours dans un hôtel agréable situé à deux pas du très touristique Thamel. Ici les ruelles sont bondées d'échoppes de matériel de randonnée et d' artisanat.

Les agences qui proposent des trekkings mythiques comme le tour des Anapurnas, ou le camps de base de l'Everest pullulent... une expérience de plusieurs jours de marche qui fait rêver...

Dans les vielles ruelles du centre ville, des petits temples se cachent dans les moindres recoins.

Hindouisme et bouddhisme coexistent et peuvent se mélanger. Les dieux occupent une place très importante dans la vie des Népalais.

DSCN8259

L'architecture newar de Kathmandu, caractérisée par des bâtiments en brique rouge incrustées de bois finement sculpté est une splendeur, c'est un style que nous n'avions jamais rencontré auparavant.

DSCN6927 DSCN6812

Nous nous rendons au cœur du quartier ancien de la ville, Durbar Square, mais, pour avoir simplement le droit de marcher dans ce quartier comme le font simplement les Népalais, nous devons en tant qu'étrangers, nous acquitter de 30 dollars pour la famille! Nous trouvons cela exorbitant et décidons, à contre cœur, de faire demi-tour.

Cependant, un petit malin qui nous a remarqué nous indique un café avec terrasse qui offre une vue sur le quartier. Nous allons donc boire un petit coup là-haut. Quelques minutes plus tard revoilà notre monsieur qui nous propose de nous faire entrer pour 10 dollars. Nous décidons de le suivre. Par le biais de ruelles détournées, nous débouchons sur une place très animée bordée du palais royal et de temples-pagodes. L'endroit est magnifique.

DSCN6882

Nous entrons dans la cour de la maison de Kumari déesse vivante vénérée par les Népalais choisie vers l'âge de 5 ans. On exauce tous ces désirs mais elle ne sort que pour quelques cérémonies. Kumari perd son statut de déesse avec l'arrivée de la puberté. On la renvoie ensuite dans sa famille avec des cadeaux et célibataire jusqu'à la fin de ses jours (selon une superstition, l'élu mourrait dans les mois suivant le mariage!). Des personnes ont fait une offrande et guettent maintenant son apparition pour quelques secondes au balcon. Il est interdit de prendre des photos. La voici, maquillée, parée de luxueux vêtements et de bijoux, elle ne laisse transparaître aucune expression sur son visage. Pour nous tout ceci est assez déroutant.

Dans les alentours très proches de Kathmandu, les stûpas de Bodnath, de Swayambunath, parés de drapeaux de prières qui flottent au vent et les yeux bleus du Bouddha qui voient tout nous captivent, nous subjuguent, nous envoûtent!

DSCN6622

Les 13 anneaux dorés que l'on peut voir sur le stûpa de Swayambunath symbolisent les 13 degrés de la connaissance qui mènent au nirvana, la libération, la sortie du cycle des réincarnations!

 

A Pashupatinath, nous avons l'occasion de voir un beau bâtiment ancien servant de refuge aux personnes âgées et défavorisées, centre crée par Mère Thérésa en 1982.

DSCN6674

Un guide nous conduit en surplomb de la rivière Bagmati pour une scène peu banale...une crémation ! Nous prenons place au milieu des Népalais venus regarder la scène très naturellement, un peu comme s'ils venaient voir un spectacle. Nous apercevons un corps recouvert d'un tissu orange et blanc. Quelques personnes se tiennent autour. Le long de la rivière sont installés des bûchers. Les ghats des pauvres, bases de pierres carrées sur lesquelles sont posés les bûchers sont alignés sur la droite tandis que les ghats des riches sont situés sur la gauche, au pied du temple d'or. Selon le rite hindou, la crémation doit se faire dans les 24 heures après le décès. Les corps sont orientés vers le nord, en direction de l'Himalaya, berceau des Dieux. Le fils aîné a la charge de mettre le feu dans la bouche du père. Pour le décès de la mère, le rituel est assuré par le fils cadet. Le tissu orange symbolise la paix. Pour permettre au corps de se consumer totalement pendant 3 heures, 350 kgs de bois (dont du bois de santal) sont nécessaires.

DSCN6717 DSCN6734

Pou les Hindous,le corps n'est qu'un vêtement qui part, une enveloppe...

Bien que nous soyons un peu loin, l'ambiance impressionne Khéo et nous nous mettons à l'écart. Florent et Hugo observent plus longuement le déroulement de la cérémonie.

Nous nous fondons ensuite dans la foule qui commence à quitter les lieux alors que la fumée des bûchers a envahi l'air, incroyable scène que nous venons de vivre.

DSCN6733

Nous effectuons un trek de 2 jours dans la vallée de Kathamandu qui débute à Sangku, ancien relais-étape de porteurs vers le Tibet. Après une petite soupe aux pâtes avalée dans une modeste gargote nous débutons notre rando sous une pluie battante. Nous arrivons à Nagarkot (2200 mètres d'altitude) où nous trouvons un hôtel incroyablement bien situé. Ce village est notre seule chance de voir l'Himalaya en période de mousson (nous nous trouvons au Népal à la mauvaise saison!). Pour ne pas manquer le rendez-vous, nous mettons le réveil et, à 5 heures du matin, à notre grande joie, les sommets enneigés sont dégagés! L'Himalaya en vrai ! Deux heures de toute beauté puis tout se bouche...

DSCN7262 DSCN7245

Nous attaquons ensuite notre deuxième journée de randonnée et arrivons à Dulikhel, après 8 heures de marche dans les «gambettes»!

DSCN7337

Le lendemain matin un bus local nous ramène à Kathmandu où nous retrouvons notre hôtel avec plaisir pour 2 jours.

Nous quittons à regret cette ville fascinante, sans conteste un petit bijou …

 

Nous nous rendons à Pokhara, bordée par les rives verdoyantes et calmes du lac Phewa. Impossible de voir les sommets des massifs de plus de 8000m du Dhaulagiri, de l'Anapurna et du Manaslu qui dominent l'horizon nord ! Tout est bouché, mais, sur les posters, le panorama est grandiose...

Beaucoup d' activités à faire ici. Nous louons scooters, vélos, kayak et Florent s'essaye au maniement du char à bœuf dans les rizières. 

           DSCN7578 

Le musée de la montagne de Pokhara met le doigt sur un constat déplorable: la pollution de l'Himalaya par des tonnes de déchets des trekkings!

Après des heures de bus très éprouvantes en bus local, nous arrivons à Bandipur, petit village tranquille, hors du temps, sans circulation magnifiquement préservé. Une randonnée dans les alentours nous permet d'aller à la rencontre des villageois népalais.

DSCN7196 DSCN7921

Les maisons en pierres et torchis avec leurs toits en ardoise nous font penser à nos vielles maisons des Alpes. Il y a des chèvres partout. Bien sympathique cet endroit ! Un bon petit fromage et nous serions au Nirvana...

DSCN7895

Après une halte à Tansen (où nous avons droit de bon matin au sacrifice de 2 chèvres en pleine rue!) nous terminons notre séjour dans le pays par une dernière étape à Lumbini, berceau du bouddhisme puisque c'est ici en effet que naquit au Vième siècle, Siddharta Gautama,le Bouddha. (Issu d'une famille fortunée, celui-ci découvrant à 29 ans la misère du monde prend alors la décision de tout abandonner pour trouver la voie de délivrance des souffrances du monde!)

 

Nous quittons le Népal par voie terrestre. Evidemment, nous aurions aimé cotoyer de plus près l'Himalaya, voir les yacks, marcher en compagnie des sherpas, aller s'enivrer des grands espaces du Mustang...Cela reste un rêve, il en faut!

DSCN8181

Le 14 juillet,nous voici à présent en Inde, un autre monde à découvrir, c'est … notre dernier pays!!!

 

Peace and love...

DSCN6876

 

 

Pour plus de photos du Népal, cliquez sur le blog: mesphotosdumonde.hugo

 

 

 

 

Repost 0
Published by mozet-family-trip
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 14:25


Un peu d'histoire pour commencer...

En 1937, la Birmanie se sépare de l'Inde pour devenir une colonie Britannique à part entière. Elle obtient son indépendance 11 ans plus tard, en 1948. En 1962, le général Ne Win, par un coup d'Etat s'empare du pouvoir qu'il donne aux militaires. La constitution de 1947 est suspendue, l'économie nationalisée, les visas limités à 24 heures. Le pays se ferme au monde extérieur. Place à la dictature...

Les manifestations sont réprimées dans le sang, les populations sont déplacées, soumises à des travaux forcés. Arrestations, emprisonnements, assassinats se multiplient. Les informateurs sont partout, mêlés à la population qui devient comme «enmurée» et contrainte au silence.

Face à cela, une femme se dresse, Aun San Suu Kyi. Les combats qu'elle mène pour la démocratie et le respect des Droits de l'Homme font d'elle une opposante bien encombrante pour la junte militaire qui décide de la «museler» en 1989 par une assignation à résidence.

Afin de rompre tout lien avec le passé colonial la Birmanie devient le Myanamar en 1989. Tous les noms des rues changent également.

En 2011, la junte s'autodissout laissant place à une administration «civile». Thein Sein, ancien général, est élu par une assemblée composée essentiellement d'anciens ...militaires.

Aujourd'hui, le régime est divisé entre l'ancienne et la nouvelle génération de généraux. Une brèche est ouverte, des gestes d'ouverture sont visibles. La «Dame» fait la une des journaux, elle est sur les tee shirts, sur les calendriers à l'intérieur des maisons et son parti est à nouveau autorisé.

Cependant, alors que nous sommes au restaurant, le journal télévisé montre un reportage sur un forum économique mondial. Aung San Suu Kyi est présente. Au moment où elle prendre la parole, le son est curieusement coupé. Le journaliste reprend alors l'antenne et annonce qu'il y a un problème technique... Le chemin vers la démocratie semble encore long!

                                                                DSCN5464

Il n'est pas possible de nous rendre au Myanmar par voie terrestre. Le 24 mai, nous prenons donc l'avion à Bangkok et nous posons 1 heure plus tard à Yangon. Nous décidons de rejoindre notre hôtel en bus local. Nous nous engouffrons dans un vieux bus déglingué au plancher percé par la rouille. Les cris du rabatteur annonçant la destination aux gens et le bruit assourdissant du moteur «flattent» nos oreilles...

Nous observons les passagers et la ville qui défile pendant que nous roulons. Les hommes portent de longues jupes à petits carreaux. Les femmes et les enfants ont les joues recouvertes d'une pâte beige. Par les fenêtres du bus, les hommes crachent un liquide rouge provenant de la chique qu'ils ont dans la bouche. Leurs dents sont rouges foncées et très abîmées (ça fait peur!).

Le centre de Yangon est un quartier en ébulition. Les bâtiments coloniaux sont décrépis et semblent pris dans une inexorable agonie. La circulation est anarchique et on a quelques sueurs froides quand on doit traverser. Ici les piétons n'ont aucun droit. Les rues sont saturées d'échoppes en tout genre.   Les Birmans viennent se retrouver dans les maisons de thé pour discuter ou bien mangent sur le trottoir assis sur des chaises minuscules.

Nous découvrons la pagode Shwedagon de plus de 2500 ans d'histoire, site bouddhique très vénéré.

DSCN3659  DSCN3745

 Malgré la chaleur brûlante des dalles du sol, il nous faut parcourir les lieux entièrement pieds nus. L'endroit est magnifique on peut voir (entre autres!) un imposant stupa de 98mètres de haut recouvert de700 kg d'or! Au sommet, la girouette est incrustée de plus de 6000 pierres précieuses tandis que les 1400 clochettes d'or et d'argent produisent avec le vent un doux tintement sprirituel.

DSCN3661  DSCN3763

Nous rencontrons un étudiant qui nous fait découvrir un monastère de 300 ans dans lequel il vit. Moment priviligié au cours duquel des bonzes nous offrent quelques fruits.

 DSCN3805

Nous quittons assez rapidement Yangon et prenons la direction de Pyay. Nous traversons des paysages de rizières et de champs labourés par des chars à boeufs.

Peu de touristes s'arrêtent à Pyay et nous sommes de véritables curiosités! De Pyay, nous réservons un bus de nuit pour Bagan. Au terminal, notre «carosse» se fait attendre. Au bout d'1h30 de retard, il arrive enfin... il est très «local». Les dossiers ne s'inclinent pas, ça sent mauvais, il n'y a que quelques centimètres entre les rangées de fauteuils pour mettre nos jambes et tout le plancher est entièrement jonché de sacs de riz. 12 heures là-dedans...ça promet!

La route se limite à une bande étroite de bitume sans aucune signalisation. A trois heures du matin, on y croit pas, le bus décharge toute la cargaison de riz sur le bord de la route pour le remettre dans un autre bus!

Nous arrivons à Bagan au petit matin, fatigués. Nous cherchons un hôtel, posons nos sacs et dormons aussitôt.

Les étrangers n'ont pas le droit de louer des scooters au Myanmar, c'est donc en vélo que nous allons à la découverte de Bagan. Le site s'étend sur 42 km2 et compte plus de 2000 monuments (4000 à l'origine) construits entre le XI ème et le XIIIème siècles.

                            DSCN4184

Sur les pistes de terre ocre, la chaleur est accablante mais le site est une merveille! A chaque détour, on découvre un temple, une pagode, un stupa. C'est magique, presque irrél, fabuleux ! Une image inoubliable de la Birmanie...

 DSCN4183      DSCN4182

                                DSCN4179

Nous mettons ensuite le cap sur Mandaley situé au centre du pays. La ville est éprouvante, la marche à pied difficile à cause de la chaleur, de la circulation et de l'état de délabrement des trottoirs. Heureusement, les alentours (Amapurana, Sagaing, Inwa) sont beaucoup plus sereins et nous réservent de beaux moments comme la découverte du monastère de Bagaya supporté par 267 énormes colonnes de teck qui semble hors du temps.

 

Nous choisissons de nous rendre à Kalaw en train. Nous partons à 6 heures du matin en classe supérieure. Pour 2 dollars de plus que la classe ordinaire nous avons des fauteuils plutôt que des banquettes en bois, bien appréciables car le train oscille sans arrêt de gauche à droite !

                                    DSCN5188

Au bout de 4 heures de tangage à rêvasser nous arrivons à la gare deThazy où nous devons changer de train. Mais, petit problème le seul train pour Kalaw est déjà parti. Nous finissons les 3h30 de trajet dans le coffre d'un pick up! Nous grimpons doucement dans la montagne, la pluie fait son apparition et nous devons nous abriter tant bien que mal avec une bâche. Les paysages sont très jolis, très verts.

Nous tombons tout de suite sous le charme de Kalaw, bourgade tranquille à 1300 mètres d'altitude où la fraîcheur et l'ambiance montagnarde nous font un bien fou.

Nous décidons de faire un trek de 2 jours accompagnés avec une nuit chez l'habitant. C'est le cadeau d'anniversaire de Florent (50 ans!)Nous partons dès 8 heures du matin. Tout au long du chemin, notre guide (féminine) prend Khéo en main tandis que le cuisinier nous concocte de bons petits plats.

                                               DSCN4979

Nous traversons de bien beaux paysages de rizières, de cultures en terrasses mais aussi de forêts de pins. Nous croisons des buffles d'eau.

DSCN5010  DSCN5013

Dans un village la journée d'école se termine, nous entendons les enfants réciter collectivement l'hymne national. Notre guide nous apprend que celui-ci est également récité le matin avec le lever du drapeau. Nous croisons des petits enfants bonzes trop mignons avec leurs petites bottes en caoutchouc!

                                                      DSCN5129

Nous arrivons après 6 heures de marche au villageoù nous devons passer la nuit. Les maisons sont en bois où en bambou, certaines en briques. Chambre et cuisine se trouvent à l'étage tandis qu' en bas on fait sècher l'ail, on stocke les légumes et le bois. A notre arrivée, les villageois qui nous hébergent pour la nuit nous libèrent immédiatement leur chambre, nous installe des nattes et nous offre un thé mais après nous ne les voyons plus guère! Ils sont très fuyants et ne cherchent pas le contact, encore peu habitués peut-être à parler à des étrangers. A 19h30, nous voilà déjà couchés!

DSCN5002  DSCN4997 - Copie

Dès le lever du soleil, le village s'anime doucement. Il faut nourrir poules et cochons, allumer le feu pour préparer le thé et le riz. Tandis que nous émergeons de nos couvertures vers 7 heures, les enfants de la maison ont déjà revêtit leur uniforme vert et blanc d'écolier. Note hôte vient déposer des offrandes à Bouddha dans le petit temple domestique. Nous savourons notre petit-déjeuner (café, toasts, œufs, mangue fraîche!) et attaquons notre deuxième journée de 6 heures de marche à nouveau.

DSCN5093 DSCN5086

Nous prenons le train une seconde fois pour nous rendre cette fois-ci au lac Inlé. Les paysages qui défilent sont magnifiques et à 20 km/h on a le temps de les apprécier!

Le lac, entouré par des montagnes, est habité par les Intha, d'habiles pêcheurs, forgerons, maraîchers et tisserands.Ils ont appris à vivre avec l'eau dans des maisons sur pilotis et ne se déplacent qu'en barque. Nous partons à la découverte de ce mode de vie. C'est jour de marché, une centaine de pirogue est aglutinée à l'entrée. Pour accéder aux étales, nous devons enjamber les pirogues des villageois une par une. L'atmosphère est empreinte d'une authenticité émouvante. On est au cœur de la «vraie» vie de ces habitants. (Rien à voir avec le côté surjoué du lac Titicaca au Pérou...)

DSCN5384  DSCN5437

DSCN5477 

Plus loin, nous découvrons le travail exceptionnel du tissage de la fleur de lotus puis notre piroguier nous fait passer à travers les jardins flottants. Les villageois ont une technique bien particulière pour avancer. Debout sur leur barque, ils font tourner la pagaie avec leur cheville, ils ont ainsi les mains libres pour lancer les filets de pêche, leur habileté est remarquable.

                                     DSCN5581 

Nous quittons Inlé pour la région de Mawlamyine située sur une longue bande étroite qui borde la mer d'Andaman. Le trajet s'annonce très long: 12 heures pour redescendre sur Yangon puis 6 heures soit 19 heures au total. Nous réservons un bus de nuit ordinaire qui semble très correct. Finalement, bonne surprise on nous fait monter pour le même prix dans un bus VIP! Super fauteuil inclinable, petite couverture, bonbons, boissons...les garçons sont super contents, voilà une nuit qui s'annonce bien! L'enchaînement avec le second bus est plus rude, nous héritons (avec bonheur) de strapontins inconfortables et de minutes interminables de karaoké amateurs...

Nous arrivons à Mawlamyine vers midi. La fatigue se fait bien ressentir pour toute la famille mais il faut encore chercher un hôtel dans notre budget. Le 4ième est le bon...

La ville est dans un bel environnement, posée le long du Salouen,large fleuve descendant du Tibet et dominée par des collines verdoyantes d'où émergent pagodes et stupas dorés.

Nous avons la joie de partager de très bons moments avec une famille de voyageurs Belges rencontrés 2 fois auparavant, au Laos et à Bangkok : Catherine, Arnaud, et leur 3 filles Anouk, Manon et Camille. Nous aurions aimé passé plus de temps ensemble malheureusement le temps nous est conté car notre visa expire bientôt.

Direction Kyaik-Hti-Yo, dernière étape de notre séjour au Myanmar. Pour la troisième fois nous prenons le train qui nous secoue dans tous les sens, horizontalement et verticalement!

A 1000 mètres d'altitude, Kyaik-Hti-Ho est un site bouddhique sacré qui se présente sous la forme d'un gros rocher entièrement recouvert de feuilles d'or en équilibre au bord d'un précipice qu'on découvre après une roccambolesque ascension en camionnette, cheveux aux vents...

 DSCN6230     DSCN6248

Le 17 juin 2013, notre périple Birman s'achève. Nous avons eu la chance de découvrir ce pays encore authentique au bon moment, sans touristes ou presque mais cela pourrait vite changer...

 

Et maintenant si on allait faire un tour à Kathmandu???

                                                          DSCN4172

Pour plus de photos de Birmanie (Myanmar) cliquez sur:  mesphotosdumonde.hugo


A bientôt !

 

 

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Myanmar
commenter cet article
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 03:33

En ce 10 avril nous bouclons nos sacs et grimpons dans un tuc-tuc qui nous conduit à la frontière d'un petit pays que nous portons dans notre cœur:le Cambodge. Et oui en 2008 nous venions chercher un petit bonhomme de 19 mois qui à l'époque s'appellait Mina... A l'époque nous avions passé 5 semaines dans le pays pour les besoins de la procédure d'adoption de ce petit bonhomme.

Notre visa d'un mois en poche nous prenons place dans un mini bus qui n'en finit pas de se remplir...nous sommes 25 personnes pour 15 places! Le conducteur lui-même est assis sur les genoux d'un passager, du jamais vu ! Au bout de 5 heures de voyage éprouvant nous arrivons à Kratie. A peine les pieds posés sur le trottoir, nous sommes assaillis par les rabateurs d'hôtels. L'un d'entre eux l'emporte rapidement, son atout: 10 dollars la chambre... L'hôtel est correct et se situe en face du Mékong, un peu à l'écart du centre assez sale et bruyant.

                                    DSCN1273

Dans cette ville, dès les premières heures matinales, l'effervescence règne partout, autour du marché, des échoppe,des petits stands de rue où les cambodgiens viennent acheter leur soupe et leur riz. A ma joie nous trouvons des baguettes de pain frais (petit héritage français bien appréciable...).

Nous partons dans la campagne et traversons plusieurs petits villages le long du Mékong. Les maisons en bois sur pilotis sont peintes en bleu. A quelques centimètres du sol, des sortes de sommiers en bambou recouverts de nattes servent aux repas et les hamacs bercent les enfants. Aux pieds des maisons de grosses jarres en terre cuite recueillent l'eau. Les hommes portent le fameux tissu rouge à carreau traditionnel autour de la taille, le krama. Sur les scooters des villageois, les poulets pendent par dizaines la tête en bas tandis que les cochons couchés sur le dos sont ficelés à l'arrière. Les villageois les plus modestes utilisent leurs motoculteurs comme moyen de transport: 2 roues, une grande planche et voilà une charrette!

DSCN1492  DSCN0705

                     DSCN1517

En plein mois d' avril, la chaleur est écrasante et nous donne des allures d'escargot ou de tortues. (Khéo veut d'ailleurs retourner en Alaska!)Nous arrivons à Kompong Cham pour le Nouvel An khmer. Nous louons deux scooters et nous rendons sur une petite île reliée à la ville par un pittoresque pont de bambou de 800 mètres de long.

Sur l'île, en plein milieu de la route, des jeunes nous font signe de nous arrêter. Ils sont très enthousiastes et semblent ravis de voir des touristes... en quelques secondes nous sommes pris au piège, nous voilà badigeonnés de talc... Happy new year! Tous blancs et amusés, nous redémarrons, mais quelques mètres plus loin, 2ième barrage, puis un 3ième, un 4ième, ça n'en finit plus!

Le lendemain les festivités du Nouvel An continuent, Florent et Khéo participent à une fête de village et reviennent à l'hôtel avec un sac de gateaux et de succulentes mangues.                                                           Juste avant de quitter la ville nous faisons la connaissance de deux expatriés français Mélanie et Frédéric en congés pour quelques jours. Mélanie, qui est orthophoniste depuis 5 ans à Phnom Penh propose de nous retrouver là-bas afin de nous donner quelques trucs pour améliorer la prononciation de Khéo.

Nous sommes heureux de revoir Phnom Penh. La circulation y est encore assez anarchique par contre nous trouvons la capitale nettement plus propre qu' il y a 5 ans, le quai Sisowath qui borde le Tonlé Sap a fait peau neuve, les restaurants «à touristes»se sont multipliés. Face au Palais Royal, les femmes font toujours de la gym en musique tandis que les hommes à partir de 17 h et jusqu'à la tombée de la nuit jouent au «tot sey» qui en Khmer signifie lancer le sey, sorte de volant de badmington allongé que l'on se renvoit avec la plante du pied, les épaules ou le dos.

Nous arrivons à retrouver Mao, notre chauffeur de tuc-tuc qui en 2008 nous emmenait partout. Nous l'invitons à manger et nous sommes émus de nous retrouver ensemble comme avant. Il travaille désormais dans la police mais sa vie n'est pas meilleure sur le plan financier (au Cambodge un fonctionnaire gagne 150 dollars par mois...)

Nous rendons visite à Chenda, la boulangère vers qui Florent achetait le pain frais tous les matins et avec laquelle il était resté en contact. Elle et son mari sont parents depuis 10 jours! N'ayant pas encore les moyens d'avoir leur propre logement ils vivent chez les parents de Chenda. Nous sommes merveilleusement bien reçus par toute la famille.

DSCN0857

Chenda, qui vient d'accoucher nous explique que durant un mois elle doit respecter certaines traditions khmères. Elle ne peut pas se lever, ne peut pas se laver les cheveux ni les dents, elle doit porter gants, chaussettes et bonnet, tout cela afin de protéger le corps fragilisé après l'accouchement. Chenda nous avoue que c'est difficile et nous demande si c'est la même chose en France...

A PhnomPenh toujours, nous retrouvons Mélanie qui avec énormément de sympathie nous rejoint à notre hôtel pour de précieux conseils d'orthophonie. Quelques jours plus tard nous nous retrouvons chez elle autour d'un bon petit plat qu'elle nous a concocté. Décidément nous sommes gatés!

Nous nous rendons à Tuol Sleng,bâptisé S21 par les hommes de Pol Pot. D'avril 1975 à janvier 1979, cette ancienne école construite par les Français bascule dans l'horeur absolue et devient la prison la plus ignoble du Cambodge. Près de 15 000 personnes y sont interrogées et torturées avant d'être achevées dans le camp d'extermination de Choeung Ek à 15 kms de Phnom Penh.

Dans la cour de l'école, on peut voir les tombes des dernières victimes. Il y a une potence et des jarres où les prisonniers, suspendus par les pieds, y avaient la tête plongée. A côté, un grand panneau informe des règles à respecter: parmi celles-ci, il est écrit qu'il est interdit de crier durant les interrogatoires...

Nous entrons dans une première salle de classe. Au lieu des tables et des chaises il n'y a, au centre de la pièce qu'un sordide lit en fer et des chaînes.

Dans le batiment A où se déroulaient les interrogatoires et les tortures, les salles se succèdent, toutes identiques, pesantes, oppressantes. Au mur, les photos des torturés sont insoutenables et cauchemardesques.

Dans le batiment B, les photos figées des suspects y compris celles-d'enfants sont reprises à l'infini. On peut lire les déclarations quotidiennes des prisonniers. Les tortionnaires leurs mettaient des versions différentes des mêmes récits pour les accuser de mensonges. Les accusés devaient absoluement avouer. Douch, ancien instituteur devenu responsable de S21 y tenait absolument. Tout est consigné avec maniaquerie, dans ses 20 000 dossiers.

Nous quittons les lieux abasourdis...

 

Nous décidons d'aller à Kok Krabey pour voir l'orphelinat de Khéo.

 DSCN0970DSCN0969

Mr Vonlay, le directeur, nous reçoit avec beaucoup de gentillesse et rit en entendant Khéo parler français. La nourrice qui avait Khéo en charge ne travaille plus là. Nous passons un peu de temps auprès des bouts d'choux de 3 ans. La pluspart d'entre eux n'auront jamais de parents, ils iront à l'école à 6 ans et grandiront ici les uns avec les autres. C'est un moment évidemment bien émouvant pour nous...

Après une semaine «urbaine» dans la capitale, nous prenons le bus pour Kep, petite station de bord de mer paisible. Nous nous mettons en quête d'une chambre d'hôtel et trouvons finalement un petit nid douillet dans les arbres! Le petit nid est minuscule, Florent dort sur le petit balcon mais quelle vue de là-haut!

DSCN1209   DSCN1246

Pour rejoindre la plage de Kep nous traversons un marché où grille le poisson fraîchement pêché.

Sur la plage, les cambodgiens, pudiques, ne portent pas de maillots de bain mais se baignent avec pantalons et tee-shirts!

Nous passons une journée farniente sur l'île du lapin à une petite demi-heure de bateau de Kep.

                                         DSCN1229

Nous reprenons le bus pour Sianoukville autre ville balnéaire. Ici l'ambiance est vraiment différente, beaucoup de touristes, nombreux restaurants accolés les uns aux autres sur la plage, musique forte dans les bars...je ne suis pas charmée par l'endroit.

Nous quittons la côte et reprenons la direction de Phnom Penh le temps de poster les devoirs du cned d'Hugo et de récupérer nos demandes de visas pour le Myanmar (Birmanie).

A mi-chemin entre Phnom Penh et Siem Reap, nous faisons une étape à Kompon Thom. Nous nous balladons en scooter sur des pistes poussièreuses dans un périmètre d'une trentaine de kms et découvrons les temples de Sambor Prey Kuk, un site pré-angkorien du VII ème siècle. Après la marche sous la chaleur suffocante, une petite gargote nous permet de nous rafraïchir un peu. Nous prenons place à une table, commandons du poulet et attendons tranquillement notre plat. Soudain nous ne voyons plus le poulet qui se trouvait là à notre arrivée et surtout on ne l'entend plus ...nous nous regardons dans les yeux avec effroi...bon et bien au moins pas de doute sur sa fraîcheur!!!

Deux couples cambodgiens nous invitent alors à leur table. Un des couples s'est marié la veille, lui à l'air réjoui et elle... désespérée. On comprend pourquoi: il s'agit d'un mariage arrangé par les parents! La pauvre!

Nous arrivons à Siem Reap, ville en plein boom touristique située à seulement 8 kms des fameux temples d'Angkor. Nous sommes sur le site dès 7 heures30 du matin et avons loué les services d'un tuc-tuc pour la journée. Le prix d'entrée est de 20 dollars par personne, une partie de la somme est utilisée à la restauration des monuments.

DSCN1813        DSCN1850

L'immense et majestueux Angkor Wat (XII ème siècle) est le mieux conservé. Le Bayon avec ses 37 visages qui vous regardent partout est le plus mystérieux tandis que Ta Phrom, dévoré par les puissantes tentacules des fromagers est le plus magique...

DSCN1898   DSCN2244 

 

DSCN2225   DSCN1920

                                                         DSCN2190

C'est à Battambang au cœur d'une région agricole que nous passons nos derniers jours au Cambodge. Cette ville, agréable, a conservé quelques maisons coloniales. Sous les khmers rouges beaucoup de personnes travaillaient ici de force, au service de l'Ankar, l'organisation suprême. Nous nous rendons sur un site où les khmers rouges commirent leurs cruelles exactions. Il s'agit d'une grotte. Les victimes, d'abord assénées d'un coup à la tête y étaient jetées 12 mètres plus bas. A l'intérieur gissent les crânes et les ossements des victimes...

Finissons sur une note plus légère: à Battambang les Cambodgiens mangent des chauves souris particulièrement en cette saison où les estomacs de ces petites bêtes sont gavés de mangue...

Nous quittons le Cambodge le10 mai par la frontière de Poipet, direction Bangkok!

A bientôt!

                               DSCN1136

 

 

Pour voir nos autres photos de Angkor Wat, cliquez sur: mesphotosdumonde.hugo

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Cambodge
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 17:22

 

                                            DSCN7922

Sur le Mékong, la pirogue nous mène doucement vers le Laos. Ambiance frontière du bout du monde où une simple cabane en bois sur pilotis fait office de bureau d'immigration.

Nous atteignons le nord du pays en 3 jours. A Muang Sing,(10 kms de la frontière chinoise),peu de touristes et beaucoup de poussière dans les rues en terre battue. Nous cherchons en vain à louer des vélos. Aux abords d'un temple, une petite dame nous accoste pour nous vendre des bracelets, puis elle nous montre, emballées dans du journal, de grosses pieces en argent. Nous les regardons de plus près, il s'agit de piastres de commerce de l'ancienne Indochine. Nous en achetons un de 1908 pour la modique somme de 2 euros (à ce prix là, si c'est une copie, on ne prend pas trop de risques!).

                                         DSCN7753

Au Laos, les femmes se servent de ces piastres comme décoration sur les chapeaux. Notre vendeuse ne nous quitte pas pour autant, elle sort à présent un petit sachet au contenu marron, elle veut nous vendre de l'opium! Non merci, de toute façon nous, ce qu'on préfère à Muang Sing, c'est la bonne soupe de poulet fait maison, avec la tête coupée en deux...Florent tu veux la crête? Hugo, tu préfères l'oeil droit ou l'oeil gauche?

 

Nous quittons Muang Sing pour Oudom Xai, «confortablement» calés dans un minibus local au son des piallemens des poussins et de la compagnie d'un petit monsieur qui recrache par terre les os de son poulet...

RSCN8980.JPG

Nous arrivons à Muang Khoua, village perdu au bord de la Nam Ou.

DSCN8060    DSCN8065

Nous décidons de relier Muang Khoua/Luang Prabang en pirogue en deux étapes. Nous embarquons pour 4H30 de traversée qui se révèle magique.

Au milieu des paysages de montagnes à la végétation luxuriante, les buffles d'eau s'abreuvent et les enfants nus s'amusent à cœur joie dans la rivière. Les plus grands montrent des signes de pudeur comme ce jeune garçon qui prend son masque de plongée transparent pour se cacher! Tout au long du parcours, la pirogue se remplit de quelques villageois supplémentaires.

                                      DSCN8156

 

 

Nous arrivons dans le village de Nang Kiaw. Un petit chemin de terre autour duquel se répartissent des dizaines de maisons en bois conduit à un long pont construit par les chinois dans les années 70. Sur le pont de Nang Kiaw, le temps s'arrête, le décor presque irréel des pitons rocheux plongés dans la brume vous envoûte. Cet endroit est un de nos plus beaux coup de cœur du voyage!

                                             DSCN8208

Depuis le balcon de l'hôtel où je regarde le pont, je vois passer un homme et son fils et je me dit «tiens on dirait les «Manohé» mais je suis loin et c'est la tombée du jour. Sachant qu'ils se trouvent en Asie, nous leur envoyons un petit mail au cas où et finalement oui c'est bien eux, Max,Hélène et leurs 2 enfants Manon et Noé. La dernière fois que nous les avions vu, c'était en Amérique du sud, dans le camping car autour de spaghettis et pop-corns sur une piste éprouvante au beau milieu de la Patagonie chilienne!

 

Depuis Nang Kiaw, nous reprenons notre périple en pirogue, c'est la saison sèche, le niveau de la Nam Ou est parfois trop bas. Le fond de la pirogue racle les rochers si bien qu'à deux reprises nous devons descendre et marcher sur sur la rive.

                             RSCN8192

La Nam Ou rejoint le Mékong, et au bout de 8 heures de pirogue,nous arrivons, en début de soirée à Louang Prabang à la lumière des petits lampions des restaurants situés sur la rive, mais, avant de nous rassasier, il nous faut encore trouver un hôtel où poser nos gros sacs.

Nous passons 2 jours dans cette magnifique ville classée au Patrimoine Mondial de l' Humanité par l'Unesco, ancienne capitale du Royaume du Laos jusqu'au XVI ème siècle.

Nous mettons ensuite le cap sur Vang Vien. Le nord du Laos est particulièrement sinueux et il nous mettons 7 heures en bus pour parcourir 340 kms. A Vang Vien, Hugo et moi apprenons à faire du scooter, LE moyen de locomotion par excellence en Asie, super pratique et pas cher (5 euros la journée!) pour aller partout où on veut!

                                            DSCN8981

Après 15 jours dans le nord du Laos nous arrivons à Vientiane, capitale paisible à taille humaine où nous restons 2 jours, puis nous descendons vers le sud.

                                                   DSCN9030.JPG

Nous sillonnons la campagne de Takhek.

                                      DSCN8307

 

                                       DSCN9350

Sur les pistes de terre rouge, en scooter, au milieu des vaches, chèvres, poules et cochons les habitants nous sourient. Nous découvrons le Laos rural, authentique, apaisant qui nous enchante. 

DSCN8711  DSCN9453

                                        DSCN9335.JPG

1er avril, départ pourPaksé à 385 kms de Takhek, le trajet est assez éprouvant, il fait chaud, on s'arrête souvent,des femmes viennent vendre mangues, brochettes de poulet, oeufs et le bus,dans l'effervesence, se remplit de bonnes odeurs...Au bout de 7 heures nous arrivons enfin. Depuis Paksé, nous organisons un petit circuit à la découverte du plateau des Boloven: une boucle de 300 kms à parcourir en scooter en 3 jours... Un parfum d'aventure...

Nous laissons nos sacs à dos à l'hôtel et n'emmenons que le nécessaire (ainsi que les cours de maths!). Le plein d'essence et c'est parti! Nous traversons plusieurs villages et rencontrons des locaux qui nous montrent de belles cascades, très éprouvantes à atteindre pour nous mais un jeu d'enfants pour eux!

                                       DSCN9496

Au deuxième jour de notre circuit, nous empruntons en fin de journée une piste d'une vingtaine de kms qui doit nous mener, d'après le plan, à un petit hôtel. La piste est assez difficile et technique, ornières,cailloux, sable, mais une fois celle-ci passée, nous nous trompons de direction.

                                             DSCN9458

La nuit tombe et avec la poussière on y voit plus rien! La conduite me demande beaucoup de concentration! On est bien perdu, nous n'avons rien à manger, Khéo est fatigué mais ne se plaint pas. On s'arrête vers une maison pour demander encore notre chemin. Il n'y a pas d'électricité, alors à la lueur des phares des scooters nous montrons notre plan aux villageois: ouf, nous sommes dans le bon village! Mais... il n'y a pas d'hôtel! Fatigués, nous décidons alors, avec des gestes, de demander l'hospitalité aux habitants: «nous-dormir-ici-possible?» A notre soulagement, les habitants acceptent sans hésitation. Nous vidons nos chaussures pleines de sable et grimpons dans la petite maisonnette en bois. Nos hôtes s'assoient avec nous sur la paillasse mais difficile d'avoir une conversation quand on ne parle pas la langue! Hugo montre alors quelques photos de notre voyage sur sa «Nintendo»...

                                           DSCN9530.JPG

Le lendemain est plus tranquille, Hugo, à son tour, conduit le scooter. A l'arrière,je savoure pleinement ces moments uniques et privilégiés de complicité avec mon fils.

Tout au sud du Laos, la chaleur s'intensifie sérieusement, nous arrivons à Champasak et visitons le site archéologique de Wat Phou, berceau de la civilisation khmère bien avant la fondation des temples d'Angkor. Les ruines de grès et latérites datent quand à elles du IX au XII ème siècles.

 DSCN9653.JPG    DSCN9730.JPG

Notre séjour au Laos s'achève en douceur par un passage dans « les 4000 îles » là où le Mékong se divise en une multitude de bras qui s'en vont rejoindre le Cambodge, notre prochaine destination...          

                                                   DSCN9936

 

Pour plus de photos du Laos, cliquez sur le blog d'Hugo : mesphotosdumonde.hugo

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Laos
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 05:14

 

 

                                                    DSCN6238

 

Nous quittons la Malaisie fin février et mettons le cap sur la Thaïlande. Le sud est réputé pour la beauté de ses îles et de ses plages (Ko Phi Phi, Phuket ...)réparties de chaque côté d'une longue bande étroite où l'on cultive l'hévéa. Nous posons nos sacs en bordure de la mer d'Andaman dans la région de Krabi caractérisée par une géologie karstique, des falaises, des grottes, des pitons rocheux en pleine mer.

DSCN5912 

Nous rejoignons ensuite le golfe de Thaïlande pour nous rendre sur la petite île de Ko Tao à 3 heures de bateau. Ici, le flux touristique est impressionnant,des «arrivages» plusieurs fois par jour. Pour fuir la bière et la musique techno sur la plage, une seule solution: masque et tuba !

DSCN6037       

Ko Tao est connu comme un haut lieu de plongée c'est donc le moment où jamais pour Hugo de faire son baptême. Il appréhende un peu mais finit par se laisser convaincre et puis Florent l'accompagne. Après les exercices pratiques, ils descendent à 12 mètres mais la visibilité est mauvaise, ni poissons ni coreaux ! Hugo n'arrive pas à « passer » ses oreilles. Le moniteur le fait remonter puis redescendre mais rien n'y fait. Pendant ce temps le reste du groupe attend au fond ... cela devient difficile à gérer pour le moniteur qui décide finalement d'écourter la ballade sous-marine, nos plongeurs restent un peu sur leur faim...

 

Nous quittons Ko Tao pour Bangkok. Nous enchaînons bateau et bus. Mal informés sur la durée du voyage nous pensons arriver tard dans la soirée vers 22 heures. Par prudence nous réservons une chambre. Finalement nous découvrons que ce sont 8 heures de bus qui nous attendent et nous arrivons à 3 heures du matin ! Heureusement notre chambre est toujours libre et nous sommes même accueillis avec le sourire. La gentillesse est une des qualités Thaïe !

Nous ne nous attardons pas à Bangkok. En effet, nous devons y revenir après le Cambodge pour y effectuer des demandes de visas pour le Myanmar (ex Birmanie) la visite de la capitale se fera donc à ce moment là.

 

Nous abordons la plaine centrale de Thaïlande, vaste étendue agricole riche d'un important patrimoine architectural.

La vieille ville de Sukhotaï, classée au Patrimoine de l'Unesco nous enchante. On y trouve les vestiges de la première capitale du Siam du XIIIème au XV ème siècles.

DSCN6385

Des vélos sont à louer en face du site, à 1,50 euro la journée il serait dommage de s'en priver ! Nous voilà donc partis tous les 4 en file indienne à vagabonder d'un édifice à l' autre sans aucun effort... le site est plat !

DSCN6329

C'est l'époque où l'image de Bouddha est la plus caractéristique de l'art Thaïlandais : statues élancées, ovale du visage parfait, long nez, sourcils arqués, paupières lourdes, chevelure de fines bouclettes avec,au-dessus du crâne, une longue flemme symbolisant la force spirituelle. C'est l'époque également où l'on représente Bouddha en mouvement.

DSCN6324

Mais, au fait qui est-il ce fameux Bouddha ???

Le Prince Siddhârta Gautama (dit le Sage, l 'Eveillé), naquit au Népal au Vième siècle avant JC. Pendant 4 jours, assis sous un figuier, les jambes croisées, il tint tête au démon Mâra. Il atteignit l'éveil et réussit à se libérer de toute souffrance. Il parcourut l'Asie, proclamant la loi du Karma, loi universelle selon laquelle toute action, bonne ou mauvaise, est punie ou récompensée dans la réincarnation de l'âme...

DSCN6332

Nous continuons plus au nord. En 6 heures de bus, nous atteignons Chiang Mai. Ici, on peut voir quelques 350 temples, quasiment à tous les coins de rue. On y accède gratuitement (en se déchaussant toujours!). Les temples sont d'une grande splendeur, particulièrement les toits: multiples pentes et tuiles vernies, ornements représentant des serpents (nâgas) aux extrémités des pignons.

DSCN6515    DSCN7301

(Le nâga est l'animal qui protégea Bouddha des intempéries en se dressant au-dessus de lui,sa large tête de cobra faisant office de «parapluie»). On accède au temple par un large escalier dont les rampes sont formées des corps de 2 longs nâgas. Sur les portes d'entrées, magnifiquement incrustées de nacre, Dvârapalâ, le gardien, veille!

A l'intérieur, on pare Bouddha de colliers de fleurs de jasmin odorant, on dispose bougies, offrandes, encens et fleurs de lotus à ses pieds. Cette plante aquatique est l'emblème de Bouddha.Avec sa longue tige, elle puise ses ressources vitales dans la boue (symbole de souffrances et de désirs) pour s'épanouir au-dessus de l'eau (symbole de l'âme qui se détache de ses préoccupations terrestres).

DSCN6763

Après avoir prié devant Bouddha, les Thaïs cherchent parfois à connaître leur avenir : on les voit (on les entend surtout) secouer des boîtes contenant des bâtonnets jusqu'à ce que l'un d'entre eux tombe par terre. Ensuite, ils n'ont plus qu' à l'apporter au bonze qui l'interprète contre une petite offrande...

 

Au milieu de beaux jardins fleuris, les temples côtoient d'autres bâtiments destinés à l'échange et à l'enseignement. L'ensemble constitue le monastère bouddhique qu'on appelle « wat ». A Chiang Mai, même en plein milieu des bruits de la ville, quand on franchit un wat, on a l'impression que le temps s'arrête et on ressent une certaine quiétude, surtout quand les bonzes à la couleur safran passe et que cloches et gongs résonnent...

                                            DSCN6656

Dans les environs de Chiang Mai, nous partons en tuc-tuc à la rencontre des éléphants. Emotion garantie quand ceux-ci nous encercle la taille de leur trompe ou bien nous enfonce un chapeau sur la tête !

DSCN6944

Quelques kilomètres plus loin, autre rendez-vous animalier. Tout commence par les instructions : rester derrière, ne pas crier, être calme...Puis la grille s'ouvre:le gardien nous invite à le suivre. Nous sommes dans une cage avec 3 tigres! Nous les regardons d'abord jouer ensemble, stimulés par un appât que leur tend le gardien. Ils bondissent, se taquinent,puis viennent s'allonger de courts instants, nous pouvons alors les approcher au plus près et caresser leurs dos. A ce moment-là, quand ils tournent leur tête vers vous et qu'ils vous fixent de leurs beaux yeux verts c'est vraiment impressionnant !

DSCN7071 DSCN7110

Toujours dans les environs de Chiang Mai, nous nous arrêtons à un marché artisanal tenu par des ethnies montagnardes dont les Akhas et Karen (entre autres).

4  DSCN7507

Avant de quitter la ville, nous goûtons à une vieille tradition thaïlandaise, entre douce pression et petite torsion :le massage biensûr ! A un prix modique 5 euros pour une heure !

DSCN6250

Plus au nord nous voici à Chiang Rai. A 13 kms de cette ville on découvre l'hallucinant Temple Blanc (« Wat Rong Khun ») de l'artiste Chalermchai Kositpipat. Construit en 1997 en hommage au Roi, l'actuel Râma IX, c'est un mélange entre tradition et modernité, vraiment étonnant !

234 DSCN7418

Nous nous trouvons dans la région du Triangle d'Or : Triangle, car trois frontières (Laos, Thaïlande, Myanmar) et or pour... opium. Dans le passé, les caravanes d'opium venues de Birmanie et du Laos descendaient de ces montagnes couvertes de jungle entre mars et juin.

En Thaïlande, depuis 1965, la culture du pavot a été remplacée par des cultures de substitution. Elle n'est pas totalement éradiquée mais la production se situe essentiellement au Myanmar et Laos.

 

Au terme de 2000 kilomètres parcourus en bus, nous voici au bord du Mékong dans le village de Chiang Kong. De l'autre côté du fleuve c'est le Laos. Une pirogue nous attend déjà...

DSCN7209

 

 

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Thaïlande
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 15:35

 

 

 

Nous quittons Singapour pour la ville de Malacca en Malaisie. Malacca est classée au patrimoine de l'Unesco depuis 2008. Nous trouvons rapidement un petit hôtel et commençons la visite sans tarder.

C'est dans le quartier chinois que nous nous attardons un peu plus longuement. Nous sommes charmés par ses vieux temples, notamment le temple Cheng Hoon Teng qui fut consacré en 1673 puis rebâtit en 1801. Ce temple est le plus vieux temple Chinois de Malaisie, ses toits plus inclinés qu'à l'accoutumé se couvrent de dragons, phénix, guerriers vaillants tandis que l'intérieur révèle des panneaux de bois laqués richement ciselés. J'emmène Khéo visiter le musée de la marine. Khéo est ravi de visiter ce vieux vaisseau quand à moi je comprend mieux l'importance que représenta Malacca dans les échanges maritimes internationaux de l'époque.

DSCN5184

 

La Malaisie est réputée pour la beauté de ses îles, c'est pourquoi nous mettons le cap sur Mersing. A quelques encablures de là se situe l’île de Tioman, après avoir réservé nos billets nous apprenons que notre bateau est annulé à cause d'un fort vent. Nous patientons jusqu'au lendemain mais le scénario se renouvelle. Nous obtenons sans réticence le remboursement de nos billets puis remettons le cap sur l'ouest du pays.

DSCN4839 DSCN4786

Cette fois nous arrivons à Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie ( 2 millions d'habitants). Nous visitons les Petronas Tower, magnifiques tours en forme d'épis de maïs reliées entre elle par une passerelle. Les Petronas Tower sont les tours jumelles les plus hautes du monde et représentent la réussite économique de la Malaisie ainsi que son entrée dans le club des pays industrialisés. Elles dominent fièrement le quartier des affaires. Les grattes ciels poussent ici comme des champignons, d'une saison à l'autre des quartiers d'affaires entier sortent de terre. Ce pays est en pleine effervescence et des chantiers gigantesques sont en cours un peu partout. Si nous avons été bluffé par la propreté du métro de Singapour nous le sommes tout autant de celui de Kuala Lumpur.

DSCN3704  DSCN3736

 

Nous visitons Batu Caves où une statue colossale dorée ( 42,7 m) de Murugan dieu tutélaire des Tamouls veille sur les temples alentours. De son pied , un long escalier de 272 marches grimpe jusqu'à la grotte dite du Temple. L'image est surréaliste et l’atmosphère mystique. A notre descente nous sommes assaillis par une horde de singes plus chapardeurs les uns que les autres. Quelques touristes apeurés s'enfuient sous les cris.

DSCN3970

Notre séjour dans la capitale terminé, nous nous rendons dans le parc national de Taman Negara un peu plus au nord. Il s'agit d'une zone protégée, cet immense pan de jungle est encore plus vieux que l'Amazonie. Il couvre 4340 km2 . Nous quittons notre bus pour trois heures de pirogue sur la rivière Tembeling. Approche des plus sympathiques, oui mais dans sympathique il y a le son « hic ». Et le « hic » c'est que je tire la mauvaise place dans la pirogue. Le capitaine me fait changer de place au profit d'une dame et je comprend vite le but de la manœuvre. Il ne tarde pas à soulever une planche sous mes pieds qui me laisse entendre que nous sommes en train de couler. Puis sans plus d'explication il me tend un bidon plastique savamment découpé, et oui j'ai récupéré la place de l'écopeur. La pirogue semble très spongieuse et je m'affaire à éviter que notre expédition ne se termine en naufrage. Adieu donc les trois heures de contemplation ! Plus je m'active et plus la pirogue s 'enfonce je prend donc le partie de réduire la cadence et trois heures plus tard nous arrivons enfin !

DSCN4419 DSCN4358

Le village qui nous accueille propose la location de quelques bungalows. Premiers arrivés premiers servis, la vingtaine de touristes que nous sommes s'active à trouver un toit pour la nuit avec le moins de cafards possible. La vue est surprenante les restaurants flottants sont amarrés le long de cette rivière boueuse. Le parc national est sur la rive opposée et les locaux font la navette en pirogue pour quelques pièces. A certaines heures le trafic est intense puis tout redevient paisible. Nous faisons une première randonnée sur des parcours aménagés puis le lendemain une faisons une excursion sur la canopée à l'aide de passerelles et de ponts suspendus. Nous continuons à travers la jungle et faisons connaissance avec ses habitants : La forêt est infestée de sangsues , ces charmantes petite bêtes se collent sous nos semelles puis remontent jusque dans nos chaussettes, elles parviennent même à traverser le tissu de nom pantalon. Après c 'est une partie de plaisir que d'essayer de les arracher de leur festins . A proximité d'une rivière Hugo pose le pied à trois centimètres d'un scorpion noir gros comme ma main.

DSCN4365

Il fait très chaud et l'humidité est insupportable, avec deux amis Franco /Canadien nous tentons de rejoindre un village aborigène situé en amont de notre bivouac. Notre chemin devint de moins en moins praticable et quelques heures plus tard nous sommes contraints de couper à travers la jungle hors sentier pour rejoindre la rivière en contrebas. La végétation est dense, notre chemin boueux et l'humidité accablante. Les enfants commencent à montrer quelques signes de fatigue, j'interpelle une pirogue salvatrice et nous regagnons notre point de départ par de petits rapides. L'estomac bien creux nous nous rassasions avec nos amis Canadiens dans l'hilarité générale à bord d'un des restaurants flottants locaux.

 

De retour à Jurantut, c'est en train que nous repartons pour Kota Bahru. Cette ville est située à l’extrême Nord Est de la Malaisie. La ponctualité n'est pas au rendez vous, ainsi nous attendons près de deux heures sur le quai avant de voir apparaître le « train de la jungle ». Nous arrivons de nuit dans à notre destination, une bonne dizaine de rats fuient sous nos pas en regagnant notre guesthouse...

Nous prenons toutefois le temps de visiter Kota Barhu avant d'embarquer en direction des îles Perhantian, (notre joker après avoir manqué notre rendez vous avec l’île Tioman). Cette fois c'est un petit paradis qui nous attend avec des bungalows face à la mer pour un prix dérisoire. Plongée au tuba , canoë et mini trek sont au programme. L'eau est translucide et la faune aquatique est très colorée. De retour d'une petite randonnée de la jungle nous tombons sur une dizaine de varans baignant dans un ruisseau aux eaux troubles. Un moment bien agréable sur cette île.

DSCN4093 DSCN4818

Le sud Est de la Thaïlande ne semble pas très sur , nous nous dirigeons donc en direction de Georgetown situé au nord Ouest de la Malaisie. Cette ville est simplement magnifique probablement une des plus belle ville de Malaisie de part son architecture. Nous assistons aux festivités de la fin du nouvel an Chinois. Spectacles de danses traditionnelles, de kung-fu, de dragons et feux d'artifice égaient nos soirées.

DSCN5269

Ce voyage devient de plus en plus passionnant et nos multiples moyens de locomotion ne cessent de nous apporter de nouvelles rencontres. Après plus d'un an et demi de voyage la famille a trouvé son rythme et le bonheur est bien au rendez vous ! Quelques brefs retours en arrière nous permettent de réaliser combien ce voyage a déjà été riche en expériences. Je sais aussi qu'il a été très formateur pour Hugo. Bref tout nos espoirs sont déjà réalisés voir plus et nous savourons la vie et ses richesses. 

 

DSCN4186 DSCN4204

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Malaisie
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 03:08

                                                DSCN2299.JPG

Bonjour à tous!

Après une escale d'une  semaine en Belgique où nous récupérons le camping-car, nous enchaînons avec une escale d'une semaine en France où nous" abandonnons" le camping-car. Désormais c'est en sac à dos que nous poursuivons notre voyage...

22 janvier, l'aventure en famille reprend...Destination? Une île, un Etat, une ville de 712 km2 à moins d'une heure de l'Indonésie...SINGAPOUR.

Quelques heures après notre atterrissage, nous revoilà dans l'action du voyage, pour notre plus grande joie!

                                                 DSCN2097

Au fil des jours nous découvrons les multiples visages de Singapour. En quelques stations de métro, on passe de la modernité, du luxe, à l'authenticité encore préservée des quartiers chinois, indien, arabe... Les buildings de verre et d'acier côtoient les petites habitations populaires au-dessus des échoppes et des restaurants. Les temples cohabitent avec les façades modernes parfois entièrement végétales.

DSCN2210 DSCN2135

DSCN2386.JPG DSCN2438.JPG

 

 

                                        DSCN2913.JPG 

Singapour se révèle une ville où règnent ordre, propreté (chewingums interdits!) et sécurité, sous contrôle permanent d'un parti ultradominateur, de la censure et des caméras qui n'épargnent aucune rue. Nous, en tant que simple touriste, nous ne ressentons aucune oppression (le côté "la Loi c'est la Loi" était beaucoup plus pesant aux Etats-Unis!).

Nous passons 5 nuits dans une maison familiale du quartier de Little India. La chambre est minuscule mais nous n'y faisons que dormir, nous sommes dehors toute la journée. On flane, on s'ennivre des odeurs de cuisine, de l'encens des offrandes, du plaisir du dépaysement...

       DSCN2301                      DSCN2351.JPG 

 

Nous sommes en période de fête. A Chinatown, on prépare le Nouvel An Chinois tandis que dans Little India, c'est Thaipusam, une cérémonie religieuse hindoue particulièrement impressionnante et déroutante...Dans une longue procession, des femmes marchent en portant des offrandes tandis que des hommes s'infligent de véritables tortures afin d'expier leurs fautes en implorant le pardon du fils de Shiva (créateur de l'Univers) venu sur Terre pour combatrre le mal...

Des citrons ou des boites d'offrandes pendent après des crochets à même la peau du dos et des jambes tandis que les joues et la langue sont transpercées par des tiges. Sous la chaleur moite, ils portent des srtuctures métalliques faites de lances en appui directement sur la peau nue du torse et du dos. A leurs pieds,des sandales de clous! En plus de cela, certains hommes tirent des petits temples sur des chariots au moyen de cordes fixées par des crochets là encore plantés dans la peau. Même si on retient ses grimaces en signe de respect, franchement, on a mal pour eux!!!

 

      DSCN2639                         DSCN2652

 

       DSCN2601                       DSCN2660.JPG

 

Côté gastronomie nous n'avons que l'embarras du choix, il y a des petits restaurants populaires absolument partout classés de A à D pour l'hygiène. Nous y allons avec prudence pour le moment surtout côté épices!

Nous quittons Singapour le 30 janvier, et après cette entrée en douceur dans le monde asiatique, nous rejoignons en bus la ville de Malacca en Malaisie.

A bientôt!          

                                   DSCN2824

 

 

Pour plus de photos de Singapour, cliquez sur : mesphotosdumonde.hugo  

 

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Singapour
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 12:37

Le 17 novembre, nous sommes de retour au Canada. A la frontière Saint-Bernard de Lacolle, en cette fin d'après-midi, les Québécois sont nombreux à revenir des supermarchés américains où les prix sont nettement moins élevés.                                                                                    

Sur la route qui nous mène à Montréal, on écoute avec amusement "radio canada" et on s'exerce à avoir le fameux accent!                                                                                  

Nous passons 3 jours à Montréal, ville cosmopolite, très intéressante, en ébulition sur le plan artistique et culturel.

 DSCN0984.JPG     DSCN1010                                                                                                                                                                   

La rue Sainte-Catherine nous offre les deux facettes anglophone et francophone de la ville tandis que le Vieux Montréal nous donne l'impression de remonter le temps.

Nous prenons ensuite la direction de "Trois Rivières", ville la plus ancienne du Canada après Québec. Nous empruntons la route 138, le"Chemin du Roy", première voie carossable au Canada ouverte en 1737.

Le 22 novembre, nous découvrons en bordure du Saint-Laurent, la jolie et paisible Québec, inscrite au patrimoine mondial de l'Humanité, unique ville fortifiée d'Amérique du Nord.                                                DSCN1112

                                               Le chateau Frontenac de Québec

L' explorateur et navigateur Jacques Cartier est le 1er européen, en 1534, à poser le pied sur les rivages de l'actuelle Québec occupée alors par des Iroquois. 74 ans plus tard, Samuel de Champlain revient à la charge. Il doit faire face cette fois-ci aux Algonquins. Champlain fonde la ville en 1620, autour de la Place Royale et érige un fort pour se protéger des tribus autochtones. En 1663, Québec devient la capitale de la Nouvelle France. C'est alors une petite cité prospère. La conquête Britannique met fin au rêve des colons Français en 1759.                                

Nous nous promenons sur le lieu historique de la bataille des Plaines d'Abraham où la flotte anglaise menée par James Wolfe contraint Québec à capituler.                                              
En 1763 le Traité de Paris cède le Canada à la Grande Bretagne.

                                                                                                             DSCN1101         DSCN1234

Avec ses vielles demeures en pierre magnifiquement préservées et ses ruelles pavées Québec a beaucoup de charme et on s'y promène avec beaucoup de plaisir.

 

Pendant les jours qui suivent, nous suivons l'estuaire su Saint-Laurent. En cette fin du mois de novembre, les journées sont très courtes, il fait nuit noire à 16 heures! Le froid s'intensifie. Les rives du fleuve sont gelées tout comme notre réservoir d'eau! La nuit, nous n'utilisons pas notre chauffage au gaz alors, pour éviter de "glacer de la tête", on dort avec les bonnets, à l'ancienne! 

                                                   DSCN1326

 

DSCN1251

petit problème d'évacuation...

Nous "entammons" le tour de la Gaspésie, une région du Québec, sauvage, magnifique, vivifiante en cette période de l'année. Notre route est jalonnée d'une vingtaine de phares.                      

DSCN1330   DSCN1372

 

DSCN1379 DSCN1450-copie-2.JPG

La neige nous donne du fil à retordre. Nous restons coincés dans une montée et 3 passages du chasse neige sont nécessaires pour nous sortir de ce mauvais pas. Arrivés au sommet de la côte, nous décidons de ne plus bouger jusqu'à amélioration de la météo et on fait des crêpes...

                                   DSCN1408-copie-1.JPG

 

Nous traversons la province du Nouveau Brunswick et nous arrivons dans celle de la Nova Scotia (Nouvelle Ecosse).

C'est donc dans l'ancienne Acadie que s'achève notre périple de 16400 kilomètres au Canada mais aussi que prend fin, doucement, notre voyage sur le continent américain...

 

                Joyeuses fêtes de fin d'année à tous depuis HALIFAX !                                                      DSCN1054

 

Pour des photos de Québec cliquez sur : mesphotosdumonde.hugo

 

 

 

 


Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Canada
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 00:44

 Nous débarquons à New-York City le 12 novembre en fin d’après-midi . Impatients, nous n’avons pas pris le temps de nous procurer un plan de la ville. Heureusement, Florent est venu il y a 30 ans, alors entre ses souvenirs et son bon sens de l’orientation, on ne s’en sort pas trop mal.     En début de soirée, on se demande bien où nous allons pouvoir passer la nuit. Nous décidons de stationner le long de Central Park en face du musée d’Histoire Naturelle. Le quartier est bien mais la police ne nous laissera certainement pas dormir dans la rue. Plan de secours : où le « Walmart » le plus proche se trouve-t-il ? (Walmart :  supermarché acceptant la présence des camping-cars sur ses parkings… bien connu des voyageurs !).Après quelques recherches, nous prenons la direction de Jersey City pour notre bivouac du soir.

Le lendemain  nous décidons de laisser Guanaco à Jersey sur le parking, ceci afin d’éviter les embouteillages et de payer les 26 dollars d’accès à la ville. Nous prenons un bus qui nous conduit directement sur la 8ème avenue en face de l’immeuble du « New York Times », pratique !            

Nous savourons pleinement nos premiers pas sur le sol New Yorkais, quelle chance d’être ici !  

DSCN0602

La première journée nous traversons à pied tous les blocs entre le terminal de bus et l’embarquement du ferry pour Staten Island. La distance est assez considérable mais cela nous permet d’apprécier l’atmosphère des différents quartiers comme ceux de Times Square, hyper animé avec ses écrans géants,  Broadway, symbole du divertissement avec ses nombreux spectacles à l’affiche, la 5ème avenue, raffinée et luxueuse, Soho  avec ses boutiques et ses restaurants branchés …                              

DSCN0747   DSCN0793

DSCN0757

Le cœur de la ville bat à un rythme effréné. Pris dans le flot, il faut tenir la cadence! C'est à peine si on peut s'arrêter sans se faire percuter!

 Dans la 5ème avenue, un grand magasin inaugure ses vitrines animées de Noël à grand renfort de caméras et journalistes. Nous passons devant les célèbres « Empire State Building » et « Chrisler Building » (le plus beau !).

DSCN0614

Nous  découvrons Ground Zero, l’immense gratte ciel ,encore en construction, sur le site du World Trate Center. Bien qu’il ne soit que 16 heures, le Mémorial est déjà fermé, dommage.  Nous poursuivons jusqu’au sud pour prendre le ferry qui nous permet d’ apercevoir la Satue de la Liberté et d’avoir une vue magnifique de New-York illuminé.                                                    

DSCN0676 DSCN0681

Après cette journée bien remplie, nous  regagnons le terminal de bus, nous sommes exténués !                                                                             

Le deuxième jour, nous nous rendons au musée de la mer, de l’espace et de la science qui offre la possibilité de monter à bord d’un porte avion. Malheureusement à notre arrivée il est fermé à cause des dommages provoqués par l’ouragan Sandy. Nous visitons le musée de la ville de New-York mais nous en ressortons un peu décus. Nous marchons jusqu’au  nord, pour atteindre Harlem qui résonne d’une tout autre ambiance : peu de « blancs » (nous !) et une impression de temps figé dans les années 70. Nous poussons la porte du célèbre club de jazz le « Cotton Club » (un super moment pour moi!).                                                                                              DSCN0726

Le 3ième jour, Florent et Khéo se balladent dans le zoo de Central Park. Nous nous retrouvons tous les quatre en début d’après-midi pour prolonger encore un peu la découverte de cette ville si unique et fascinante!

DSCN0697 DSCN0617   

Cette escapade New-Yorkaise restera un excellent souvenir dans notre voyage !

4 jours plus tard… nous voici en terre québécoise à Montréal.

A bientôt !

 

 

Hugo a publié des photos de Seattle et du Canada sur mesphotosdumonde.hugo

 

Repost 0
Published by mozet-family-trip - dans Etats Unis
commenter cet article

Présentation

Rechercher

Le Camping Car